Recrutement d’un·e Directrice de recherche

La Nation Libre d’État recrute pour le mois de mai 2020 sa/son directrice de recherche.

CDD – Salaire : au moins 2 500 euros brut ; sur 3 mois.

Culture générale

Vous aimez lire. Vous n’êtes pas repoussée par les livres parlant d’économie, de politique, de philosophie, de poésie.

Vous disposez d’une bonne culture générale, appréciez l’histoire et particulièrement la période Révolutionnaire.

Vous vous intéressez à l’organisation des femmes, à leur combat pour le progrès humain.

Vous avez conscience que l’État, comme toute chose a une fin, qu’il convient de réfléchir à l’organisation que l’Humanité adoptera une fois que l’État ne sera plus efficient.

Vous adhérez à la devise Liberté, Égalité, Fraternité.

Marx, Friedman, Bourdieu, Ayek, Lordon, Smith, Huxley, Hobbes sont dans votre bibliothèque.

Vous aimez organiser les choses, vous êtes minutieuse, vous êtes capable de travailler beaucoup et de moins travailler, aussi.

Besoins techniques

Vous maîtrisez les outils tableurs et traitement de texte. Vous maîtrisez l’interface WordPress. Vous êtes contributrice à Wikipedia et vous vous sentez à l’aise dans cette interface.

Les mots html, CSS, PHP ne vous sont pas inconnus.

Besoins qualités humaines

Vous êtes capable d’extraire le meilleur et le maximum d’une personne (dans la limite de sa volonté 🙂 et avec le sourire. Organiser des membres de la Nation et les Admins, rentrer chez vous et être satisfaite du travail accompli.

Missions

Vous coordonnerez le concours de pensée, superviserez le développement de l’outil informatique. Vous organiserez l’action des membres de la Nation et les Admins, rentrer chez vous et être satisfaite du travail accompli.

Modalités du recrutement

Les candidatures seront envoyées par email. Communiquez dans l’email la page Wikipedia ou la page WordPress sera un plus.

Les candidates volontaires pour anonymiser et rendre public leur acte de candidature (CV plus lettre de motivation) seront retenues. Il est possible de candidater directement depuis le site : http://www.state-free-nation.fr, en demandant par email d’avoir des droits d’éditeurs à statefree.nation@gmail.com. L’inscription est gratuite.

Les candidatures seront évaluées par la Nation Libre d’État. Les candidats pourront, également voter pour les trois candidats qu’ils préfèrent.

Les admins fondateurs se réservent 30% des votes, les membres de la Nation disposent de 70%.

Avertissement

La Nation Libre d’État a réuni les fonds de quelques sponsors. Elle est en pleine campagne de recrutement de sponsors. Si la trésorerie de la Nation Libre d’État n’était pas à la hauteur de l’engagement financier de l’embauche en mai 2020, la Nation Libre d’État se réserve le droit de repousser l’embauche.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recrutement d’un Secrétariat Général

Mother, le 31 décembre 2019, décide de recruter un secrétariat général pour organiser la réflexion sur la manière dont l’humanité s’organisera une fois que la finance aura rendu inefficient l’État.

Ce secrétariat général aura pour but de créer une fondation pour le recherche afin de doter la Nation Libre d’État des moyens de la réflexion.

 

 

La Pilule Rouge

Par un grand raffinement, les États arrivent à cacher leur finitude. Les penseurs, chercheurs, politiciens, syndicalistes, citoyens engagés, sont tous convaincus que c’est dans le cadre de l’État que les solutions doivent être imaginées.

Si vous pensez que l’État, comme toute chose, a une fin, comment pensez-vous que l’humanité va s’organiser ? Pour atteindre quels objectifs ?

Personnellement, je suis certain que l’État va finir, que l’Humanité va lui survivre.

Pour les objectifs, il y a deux chemins possible:

– la voie de la concentration de pouvoir et la seule issue possible ce sera un monde gouverner par Eric Z à la tête d’une armée de ses clones.
– la division du pouvoir, entre tous : l’égalité.

Mais ça c’est mon imaginaire. Quels objectifs peuvent mobiliser l’humanité ?

L’accumulation capitalistique sans fin ou la destruction de la misère ?

L’égalité entre les êtres humain ou l’inégalité entre les êtres humains ?

Donner la Pilule Rouge !!

Pour les personnes qui veulent faire connaitre la Nation Libre d’État, vous pouvez le faire de manière prosélyte en posant deux questions :

Est-ce que tu crois que l’État aura une fin ?

Comment est-ce que tu organiserais l’humanité pour détruire la misère ?

Certains vont vous répondre : monarchie, d’autres états, une théologie, des clans, des familles, des mafias.
Que peut-on répondre, si ce n’est qu’on a déjà essayer ?

Si vous pensez avoir besoin de support papier vous pouvez vous rendre sur la page Journal Officiel LIbre.

Universal Declaration of the Rights of Woman

The Universal Declaration of the Rights of Woman and of the Citizen

The representatives of the STATE FREE NATION, constituted into MOTHER, considering that ignorance, forgetfulness or contempt of the rights of woman are the sole causes of public misfortunes and of the corruption of governments, are resolved to expose, in a solemn declaration, the natural, inalienable and sacred rights of woman, so that declaration, constantly present to all members of the social body, points out to them without cease their rights and their duties; so that the acts of the legislative power and those of the executive power, being at every instant able to be compared with the goal of any political institution, are very respectful of it; so that the complaints of the citizens, founded from now on simple and incontestable principles, turn always to the maintenance of the Constitution and to the happiness of all.

In consequence, the National Assembly recognizes and declares, in the presence and under the auspices of the Supreme Being, the following rights of woman and of the citizen:

Article I – Women are born and remain free and equal in rights. Social distinctions can be founded only on the common good.

Article II – The goal of any political association is the conservation of the natural and imprescriptible rights of woman. These rights are liberty, property, safety and resistance against oppression.

Article III – The principle of any sovereignty resides essentially in the Nation. No body, no individual can exert authority which does not emanate expressly from it.

Article IV – Liberty consists of doing anything which does not harm others: thus, the exercise of the natural rights of each woman has only those borders which assure other members of the society the enjoyment of these same rights. These borders can be determined only by the law.

Article V – The law has the right to forbid only actions harmful to society. Anything which is not forbidden by the law cannot be impeded, and no one can be constrained to do what it does not order.

Article VI – The law is the expression of the general will. All the citizens have the right of contributing personally or through their representatives to its formation. It must be the same for all, either that it protects, or that it punishes. All the citizens, being equal in its eyes, are equally admissible to all public dignities, places and employments, according to their capacity and without distinction other than that of their virtues and of their talents.

Article VII – No woman can be accused, arrested nor detained but in the cases determined by the law, and according to the forms which it has prescribed. Those who solicit, dispatch, carry out or cause to be carried out arbitrary orders, must be punished; but any citizen called or seized under the terms of the law must obey at once; he renders himself culpable by resistance.

Article VIII – The law should establish only penalties that are strictly and evidently necessary, and no one can be punished but under a law established and promulgated before the offense and legally applied.

Article IX – Any woman being presumed innocent until he is declared culpable, if it is judged indispensable to arrest him, any rigor which would not be necessary for the securing of his person must be severely reprimanded by the law.

Article X – No one may be disturbed for his opinions, even religious ones, provided that their manifestation does not trouble the public order established by the law.

Article XI – The free communication of thoughts and of opinions is one of the most precious rights of woman: any citizen thus may speak, write, print freely, except to respond to the abuse of this liberty, in the cases determined by the law.

Article XII – The guarantee of the rights of woman and of the citizen necessitates a public force: this force is thus instituted for the advantage of all and not for the particular utility of those in whom it is trusted.

Article XIII – For the maintenance of the public force and for the expenditures of administration, a common contribution is indispensable; it must be equally distributed between all the citizens, according to their ability to pay.

Article XIV – Each citizen has the right to ascertain, by himself or through his representatives, the need for a public tax, to consent to it freely, to know the uses to which it is put, and of determining the proportion, basis, collection, and duration.

Article XV – The society has the right of requesting account from any public agent of its administration.

Article XVI – Any society in which the guarantee of rights is not assured, nor the separation of powers determined, has no Constitution.

Article XVII – Property being an inviolable and sacred right, no one can be deprived of private usage, if it is not when the public necessity, legally noted, evidently requires it, and under the condition of a just and prior indemnity.

Mother 2019

Dominastic

Donald vient d’ouvrir sa lettre recommandé l’informant de la tenue d’un procès pour le virer.

Il saisit son smartphone et tweet:

“I have told you I wanted to make america great again ! I’mm gonna make it even greater !”

“As of today, I command african american, south american, european american, asian american to join american to form the World USA”.

“Let us join together with 150 more states into the American World Union Nation”

“American of all parts of the world unite ! and get rid of the heretics who keep you from your true nation !”

Zeric

La première loi passée par ordonnance d’Eric premier créa la nation Zeric : Est Zeric tout homme qui haït les personnes différentes.

Alors qu’il annonçait cela au micro de radio France, les techniciens qui eux aimaient les personnes différentes, l’ont attrapé et l’ont foutu sur une barque, devant la maison de Radio France.
Depuis, il règne sur son État Zeric amarré à l’île des Cygnes. Quelques fois, il doit se défendre contre des enfants différents qui se moquent de lui.

Mentions légales

Politique de confidentialité et de traitement des données personnelles
Conditions générales de vente et d’utilisation
Nation Libre d’État soucieuse des droits des individus, notamment au regard des traitements automatisés, et dans une volonté de transparence avec ses clients, a mis en place une politique reprenant l’ensemble de ces traitements, des finalités poursuivies par ces derniers ainsi que des moyens d’actions à la disposition des individus afin qu’ils puissent au mieux exercer leurs droits.

Pour toute information complémentaire sur la protection des données personnelles, nous vous invitons à consulter le site : https://www.cnil.fr/

Responsable publication : Julien Biri

Responsable du traitement (au sens de la loi 78-17 dite loi « CNIL »)
Vos données sont collectées par :

La Nation libre d’État : 46 chemin des fourches, Vence 06140 statefree-nation@gmail.com

Une donnée à caractère personnel désigne toute information concernant une personne physique identifiée ou identifiable (personne concernée) ; est réputée identifiable une personne qui peut être identifiée, directement ou indirectement, notamment par référence à un numéro d’identification ou à un ou plusieurs éléments spécifiques, propres à son identité physique, physiologique, psychique, économique, culturelle ou sociale.

Mentions légales

ELS Partnership BV

Prinses Beatrixlaan 116, 2595AL’s-Gravenhage, Pays-Bas

“Conformément à la loi du 06.01.1978, ces informations peuvent donner lieu à l’exercice d’un droit d’accès et de rectification.” Vous disposez d’un droit d’accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent (art. 34 de la loi “Informatique et Libertés”). Pour l’exercer, adressez-vous à : statefree.nation@gmail.com ou Nation Libre d’État